Saint-Valentin, les origines.

Dans à peine 8 jours se tiendra la maintenant très célèbre fête des amoureux.

Véritable fête socioculturelle pour certains, arnaque commerciale pour d’autres, qu’en est-il réellement ? D’où vient la Saint-Valentin ? Serait-ce les fleuristes qui en mal de clientèle l’auraient inventée de toute part ? Ou bien serait-ce peut-être les chocolatiers, dans un souci de garder le rythme entre les fêtes de fin d’année et Pâques ?


Continue reading “Saint-Valentin, les origines.” »

Travailler plus pour dépenser plus !

Un jour un petit homme a dit : « Travailler plus, pour gagner plus ». Et, c’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants !  N’est-ce pas ?

Après quelques vérifications, il s’avère en fait que le petit homme ne le serait que de taille et non d’âge. Ce qui explique sans doute pas mal de chose, mais là n’est pas le sujet du jour [Note à moi-même : ne t’éparpille pas Mika].

Revenons à nos pigeons…Euh…Moutons.

Continue reading “Travailler plus pour dépenser plus !” »

Fanny’s Geekette Party 5, j’y étais !

La semaine dernière, je trainais encore sur Twitter comme à mon habitude. Il devait être 3h du matin et je m’étais fait harceler de reply sur un sujet que je ne comprenais pas. Ça parlait d’invitation, de secret square, de striptease et de geekette, Oo.

Curieux par nature j’ai donc tenté de creuser l’affaire en questionnant l’auteur de cette discussion qui n’avait, en apparence, ni queue, ni tête. Après une séance de torture en bonne et due forme de mon interlocuteur (@fitzcairn_ pour ne pas le citer), j’apprenais, enfin, de quoi il en retournait.

Continue reading “Fanny’s Geekette Party 5, j’y étais !” »

Recueil de tweets inutiles retweeté.

Nous sommes samedi, il fait gris et je m’ennuie. Pour tenter de combler maladroitement cet état de fait, je me surprends à visiter la page mes tweets retweeté sur Twitter et je me vois étonné de voir que parfois les gens retweetent un peu tout et n’importe quoi (moi le premier en fait).

C’est alors que me vient l’idée totalement égocentrique de faire un post sur mon blog. Un article recueil des tweets que j’ai pu faire depuis le 1er janvier 2011 qui ont été retweeté. Je tends un peu le bâton pour me faire battre vu la teneur de certains tweet (choisi avec soins pour cet article), mais ‘j’assume :) Continue reading “Recueil de tweets inutiles retweeté.” »

L’identité culturelle c’est quoi?

Quand on parle d’identité culturelle, nous avons tendances à imaginer une culture régionale ou nationale. Pourtant à l’ère moderne je pense qu’il existe une multi-identité culturelle propre à chacun. En effet loin d’avoir une culture unique et fermée, la plus part d’entre nous est sous le joug d’influence diverse guidé par ses affinités personnelles. Continue reading “L’identité culturelle c’est quoi?” »

Zilladrynn

Zilladrynn, c’est un mot qui vous rappellera peux être la chine ! Zilladrynn, trouble sentiments qui s’exprime !

Cela peut paraitre incompréhensible, mais la définition est subtile. Il m’évoque ces instants intimes, ta voix douce et fragile, ses joues roses qui te subliment. Il m’évoque ce que ma timidité exprime, ton sourire qui sur mon écran s’imprime, tes yeux qui m’observe et qui pétillent. Il m’évoque ma souris qui te dessine, les courbes de ton visage si gracile, tes légers battements de cils.

Zilladrynn, c’est un mot d’origine composé ! Zilladrynn, tendre assemblage de lettres alternées !

Cela peut paraitre exagéré, mais la définition est fixée. Il m’évoque ces instants passés, ta respiration légère et raffinée, les jolis plissements de ton nez. Il m’évoque ce que mes rires tentent de cacher, ton visage légèrement penché, tes  lèvres si joliment rosée. Il m’évoque ce que je ne sais exprimer, ces longs cheveux sur tes doigts enroulés, ton charme incontrôlé.

Le temps d’un spectacle.

Le Soleil brille, c’est l’été. Derrière mes lunettes aux verres fumés, j’observe les gens qui s’affairent, véritable fourmilière, ils vont, ils viennent, sans se regarder. Moi, tranquillement attablé à une terrasse de café, je prends le temps, je sirote doucement un cola glacé. Au fond du verre, une rondelle de citron noyée, quelques glaçons qui fondent lentement et dégagent de la fumée.

Je suis ici depuis une heure, peut être même deux. Le temps semble s’être ralenti, comme dans une bulle. Je me sens épargné par la cohue extérieure, le monde fou des hommes est un spectacle et je suis aux premières loges.

Tout à l’heure, je me souviens, j’ai aperçu un couple, qui marchait main dans la main. Le pas plein d’allégresse, ils semblaient comme flotter dans les airs, inconscients, innocents, voire presque insolents. Dans leurs sourires, on pouvait sentir l’éclat d’un souvenir enivrant, celui de deux corps qui s’enlacent, qui s’emboitent parfaitement ? Celui d’une danse sensuelle entre deux amants ? Je ne saurais le dire, mais ils semblaient eux aussi hors du temps, dans leur propre bulle, un peu comme moi, la maintenant.

Un peu plus loin au même moment, des enfants, quelques billes, un trou et des rires bruyants. Ca tic, ça toc, ça me rappelle de bons moments. Moi aussi à l’école, avant d’être grand, du bonbon collé pleins les dents, du bout des doigts, je faisais rouler les petites sphères de verres aux milles et une couleurs, à genoux sur les pavés, parfois gagnant souvent perdant, mais toujours heureux.

Pendant ce temps, au-dessus de tous ces gens, une horde de pigeons en formation commando scrute le sol à la recherche de quelques denrées, d’un bout de pain abandonné, quelques graines pour se sustenter. Pour eux, l’hiver fut rude. Cachés, nichés dans les recoins de la ville, attendant, lovés les uns contre les autres, le début de l’été, l’opulence et les festivités.

Je termine mon verre, la dernière gorgée. Il est temps pour moi d’y retourner. Je dépose quelques pièces sur la table. Je me lève, jette un dernier regard sur ce tableau mouvant, crevant la bulle qui nous sépare, j’endosse mon costume, je souffle un grand coup et me voilà plongé dans le tourbillon incessant d’une vie pleine de rebondissements.

Petite fille

C’était un jour de décembre, la vallée était encore endormie, le Soleil léchait l’horizon de ses rayons étincelant qui bientôt inonderait le paysage tout entier. Le vent glacial soufflait à travers les branchages enneigés des sapins fièrement dressés, emportant dans son sillage des milliers de petits cristaux blancs qui formaient un voile tourbillonnant.

Malgré le froid, de nombreux petits oiseaux accueillaient le jour nouveau de leurs chants riches et perçants. Leur symphonie résonnait sur les parois des montagnes environnantes qui comme des raquettes de tennis retournaient la douce mélodie jusque dans les moindres recoins de la vallée. Réveillant peu à peu chaque lapin, chaque cerf, chaque habitant de ce lieu paisible et immaculé.
Continue reading “Petite fille” »

La faute et la critique.

Apprendre une langue, la comprendre, la maitriser et enfin l’utiliser, c’est un long chemin semé d’embuches, surtout quand cette langue est riche telle que la nôtre. D’autant plus qu’au-delà de sa richesse, elle est aussi très complexe, lourd héritage de nombreux siècles d’existence.

Ce qui à mis plusieurs centaines d’années à être, je n’ai eu que quelques années pour l’appréhender, avec les facilitées et les difficultés qui sont les miennes, surement différentes des vôtres.

Avec l’humilité qui est la mienne, il ne me vient pas à l’idée de venir juger de mauvais ou de bon ce que chacun écrit, ici et là. Quand je vois une faute, que je sais reconnaitre, il me parait naturel d’en informer son auteur, non pas pour le blâmer, mais pour partager avec lui un savoir. Et je trouve donc naturel et normal que l’on vienne m’informer sur les miennes. Après tout, le savoir de chacun est enrichi par le partage.
Continue reading “La faute et la critique.” »

La peur

Qui de vous manquerait d’honnêteté pour affirmer qu’il ne l’a jamais ressenti ?

Ce sentiment naturel et gardien éphémère, mais puissant de notre survie.

Il peut parfois être aussi sournois quand il consume lentement toutes nos forces jusqu’à nous abandonner faible et sans défense face à une mort sans pitié.

Ressentez-la avec violence et tout votre corps vibrera à l’unisson pour défendre ce qui vous est cher, et ce, même au péril même de votre propre vie.
Ignorez-la, refusez-la, pour mieux vous en accoutumer et vous laisser envelopper par son étreinte pernicieuse et mortelle.

Elle peut prendre de multiples formes :
peur de l’inconnu, du vide, de la différence, de l’indifférence, de mourir, de souffrir, de perdre, de vous, des autres…
Continue reading “La peur” »

L’homo communicarus ne saurait’il plus séduire ?

Quand internet a pointé le bout de son nez dans notre vie, et encore plus avec l’arrivée des services de rencontres en ligne, les célibataires ont cru voir enfin la solution à leur solitude… Puis sont arrivés les Speed Datings et autres concepts plus farfelus les uns que les autres. Mais quelques années plus tard il est temps de faire un bilan de la situation, y à t’il moins de célibataires qu’avant ??

Force est de constater que non. Le nombre d’inscrits aux sites de rencontres ne désemplit pas. Les spécialistes de la rencontre augmentant même leurs chiffres d’affaires.

La question qui se pose donc est : mais à qui donc profite l’émergence de la multitude de canaux de communications qui s’offrent aux gens ? Surement pas aux âmes esseulées…

Je dirais même que la rencontre humaine ne se résume plus qu’à un grand catalogue de produits, tellement épais qu’il en devient quasi impossible d’en ressortir un jour. Alors certes pour certain(e)s l’aventure à porté ses fruits et continuera à porter ses fruits, mais on parle la d’une frange très réduite de la population. Les autres continuant à se faire « sucer » le portefeuille allégrement, et d’autant plus que se sont des hommes… Bonjour la parité… Et au revoir la magie d’une rencontre.
Continue reading “L’homo communicarus ne saurait’il plus séduire ?” »

L’avènement des clones numériques

Avec l’arrivée d’internet, puis des blogs et enfin des réseaux sociaux, nous sommes entrés dans l’ère des clones numériques. Des clones imparfaits, souvent biaisés plus proche de l’anticopie que de la copie et pour cause, chacun joue le rôle de son propre généticien en dupliquant uniquement les traits – réels ou inventés – que nous souhaitons partager aux yeux de tous.

Chacun de nous à la possibilité de créer son double numérique, voir même une multitude de doubles parfois simples duplicata les uns des autres, parfois en totale contradiction entres eux, mais le plus souvent complémentaire au point de former un regroupement cellulaire formant à leur tour un duplicata.
Continue reading “L’avènement des clones numériques” »